•   

      

    A l'origine, cet ordre se composait de Galiciens qui, vers 1160, se préoccupaient de l'hébergement des pèlerins sur la route menant à Compostelle. Les uns étaient des chanoines du monastère de Santa Maria de Loyo, en Galice, près de Portomarín, les autres formaient une confrérie d'une douzaine de laïcs.
    Le 1er août 1170, Ferdinand II de León et de Galice (1137- roi 1157-1188), confie la protection de Cáceres, en Estremadura, tout juste reprise aux musulmans, à Pedro Fernàndez, (premier maître de l’ordre - 1170-1184), et à ses douze frères d'arme qui l'ont aidé à prendre la ville. Désireux de fonder un ordre de chevalerie sur le modèle de ceux créés en Terre Sainte, Pedro Fernàndez conclut en mai 1170, en présence du roi et des archevêques de Tolède et de Saint-Jacques-de-Compostelle, un accord avec le prieur du monastère de Santa  Maria de Loyo . Soumise à l'autorité spirituelle des augustiniens de Loyo, la congrégation prend le nom « des Frères de Cáceres », et assure la protection des hospices tenus par les chanoines sur la route du pèlerinage, comme ceux de Portomarìn ou de San Marcos de León (Espagne).
    Pedro Fernández donne rapidement à l'ordre une envergure internationale en acquérant des biens au Portugal, en Castille, en Aragon, en France, en Italie et en Terre Sainte. L'Ordre calque son organisation sur son implantation : sous l'autorité d'un maître, des grands commandeurs dirigent les cinq régions ou, royaumes de l'ordre : Léon, Castille, Aragon, Gascogne et Portugal (en 1290). Le « royaume » du Portugal se rend autonome en 1316.
    Au XVIe siècle, l'Ordre possédait une centaine de commanderies, dont trois étaient réservés aux Grands Commandants, autant de châteaux, une trentaine de couvents, 26 hôpitaux, 240 églises, 5 hôpitaux, 178 villes et villages, et 1 université à Salamanque.
    L'ordre protège les routes et les hospices du pèlerinage à Santiago, où les femmes des chevaliers trouvent à s'employer. Les Espagnols de toutes les couches sociales s'y affilient en confréries, aidant l'ordre de leurs deniers et de leurs soins. Enfin, des commanderies s'élèvent dans les terres offertes en Aragon, Catalogne, Valence et au Portugal.
    Les Frères portaient l'habit blanc, chape et chaperon de même couleur marqué, sur le côté gauche de la poitrine, de la célèbre épée de satin rouge et d'une coquille, dans le même tissu, posée en abîme sur l'épée. Avec un bouclier d’or portant en croix une épée à poignée de lis.
    L’ordre religieux et militaire fut dissous par les souverains d'Espagne, sans le même acharnement cependant que celui qu'eurent à subir les Templiers en 1307. Les monarques agirent avec un grand sens politique. À la mort de Don Alonso de Cardenas, quarantième grand maître de l’ordre, Isabelle Ier la Catholique (1451-1474-1504) faisant en sorte que son époux fût élu grand maître de l'ordre en 1493. Ce qui facilita sa fin programmée.

    Ordre de Santiago

    À l'époque moderne l'ordre fut transformé en un moyen de récompenser les fidèles du souverain d'Espagne. Ainsi Diego Vélasquez était chevalier de Santiago. Au XIXe siècle, les biens de l'ordre furent réunis à la couronne et l'ordre transformé en simple ordre honorifique. Il est encore aujourd'hui décerné par le roi d'Espagne qui en est le grand maître.
    La branche portugaise de l’ordre fut sécularisée en 1789 par la reine Maria. Il est aujourd’hui conservé par la république comme ordre de mérite dans les domaines des sciences, de la littérature et des arts.

     


    1 commentaire
  •  

    Carnaval ( 2ème partie )



    Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )

     

     Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )

     

    Carnaval ( 2ème partie )





    3 commentaires
  •  

     Carnaval 2012 

     

    O Antroido est le nom donné au carnaval en Galice . C'est une fête profondément enracinée dans cette région ainsi que dans la capitale Santiago de Compostela . Masques et costumes sont de sortis dans les rues de la ville . Le mardi est organisé un défilé comportant des chars , des fanfares , des danseurs et des jongleurs formés par des groupes de voisins et amis . Le mercredi des Cendres , le jour où se termine les fêtes et commence le Carême , le deuxième défilé a lieu . C'est une procession satirique qui va jusqu'à la Plaza de O Toural ( dans la vieille ville ) , et qui se termine par la crémation de  "Meco" , nom donné à la poupée représentant le carnaval , symbolisant que la fête s'est bien déroulé .

    Pendant ce temps la fête est également présente dans la cuisine régionale avec la consommation de plats tels que le ragoût Galicien , les crêpes ......etc

     Carnaval 2012 ( 1ère partie )

      

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

      

     Carnaval 2012 ( 1ère partie )

      

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

     

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

     

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

     

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

     

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

     

    Carnaval 2012 ( 1ère partie )

      



    5 commentaires
  •  

    La chapelle des âmes

     

    La construction de la chapelle de la confrérie générale des âmes dans la ville de Saint Jacques de Compostelle , a débuté le 8 Avril 1784 , sur les plans de l'architecte Miguel Caaveiro Ferro et la gestion de la construction au maître d'œuvre Juan Freire Lopez. La confrérie a célébré la consécration du nouveau temple , placée sous le patronage du Saint-Christ de la Miséricorde, le 31 Août, 1788.
    La façade a été construite à la fin du XVIII siècle, quand la confrérie a été en mesure d'acheter et de démolir un pâté de maisons qui empêchaient l'élaboration et la vue sur la façade . Pour la construction du bâtiment , la Confrérie des âmes a envoyé différents projets à l'Académie des Beaux-Arts de San Fernando , pour être soumis à la censure de l'architecte Ventura Rodríguez . Le plan choisi fut celui de Ferro Caaveiro . Les travaux ont été financé par les aumônes des fidèles .

     

    La chapelle des âmes

      

    Sur la façade en dehors des grandes colonnes ioniques , on remarque une scène intéressante qui représente l'objectif principal de cette chapelle : la prière pour les âmes des damnés ou de celles qui sont au purgatoire . Cette scène est sculptée en terre cuite , fait assez rare en Galice car ce type de terre résiste mal à l'humidité  ( Saint - Jacques de Compostelle étant très humide tout au long de l'année ) .

      La chapelle des âmes

     

    Le sanctuaire est de forme rectangulaire avec une nef unique , trois chapelles latérales de chaque côté et le côté choeur également rectangulaire plus étroit que la nef . Les chapelles latérales ainsi que le choeur sont recouverts d'une voûte en berceau , et utilisant comme élément de liaison un arc concave propre à l'architecture classique baroque espagnol de l'époque de Carlos III . Par exemple , ce type d'arc se trouve également dans la chapelle du Palais Royal de Madrid .

    A l'intérieur , des scènes de la passion du Christ d'un très grand réalisme , oeuvres du sculpteur Manuel de Prado Mariño ( il dit avoir pris les paroissiens de la chapelle comme modèle ) et ont été réalisé entre 1803 - 1814 . Elles retracent les scènes de la Flagellation , l'Ecce Homo ( dans l'art est souvent appelé l'Ecce Homo la représentation des souffrances de Jésus ) , le chemin du Calvaire , la montée de la Croix , la Crucifixion ( au niveau de l'autel ) , la Descente de la Croix , la Lamentation sur le Christ mort , le Saint Enterrement et la Résurrection du Christ .

     

     

                                                                                 Intérieur de la chapelle

     

      


    3 commentaires